Le Plan d’action pour l’égalité des sexes de la Convention (voir la figure ci-après) a été établi en application de la décision 30/COP.13 pour appuyer la mise en œuvre du Cadre stratégique de la Convention (2018-2030) et pour renforcer la mise en œuvre du cadre directif pour les activités de plaidoyer relatif à l’égalité des sexes (décision 9/COP.10)[1]. Pour en savoir plus sur le Plan d’action pour l’égalité des sexes, 2018, en ligne : https://www.unccd.int/sites/default/files/documents/2018-01/GAP%20FRE%20%20low%20res_0.pdf.

Éléments structurant du Plan d’action pour l’égalité des sexes de la CNULCD

Objectif

Rendre l’application de la Convention et de son cadre stratégique, 2018-2030, sensible à l’égalité des sexes et transformatrice, plus effective, efficace et constructive en conseillant les Parties et les autres acteurs sur les politiques et les mesures à suivre pour intégrer une perspective de genre et parvenir à l’égalité entre les sexes et à l’autonomisation des femmes et des filles

 

Renforcer le rôle des femmes en tant qu’agents de changement en remédiant aux inégalités qu’elles subissent

Renforcer les capacités des femmes et des filles à accéder aux ressources dont elles ont besoin pour améliorer leurs moyens de subsistance, gérer durablement les terres et devenir résilientes face à la sécheresse

Renforcer les capacités techniques des parties prenantes de la Convention à tous les niveaux à concevoir et appliquer des plans et programmes sensibles à l’égalité des sexes notamment dans le cadre des interventions relatives à la NDT

Établir des niveaux de référence pour les questions de genre dans le contexte de la DDT et suivre les progrès dans l’application et la réalisation des objectifs, en rendre compte et les examiner régulièrement

Mobiliser les ressources suffisantes pour atteindre ces objectifs

Principes d’action

  • Les interventions n’augmentent pas la charge supportée par les femmes, mais l’allègent
  • Les femmes ne contribuent pas seulement aux interventions mais en sont aussi bénéficiaires

Priorités d’action

  • Participation aux décisions prises lors de la conception, de la planification, de l’exécution et de l’évaluation des initiatives visant à appliquer la Convention
  • Intégrer l’autonomisation économique des femmes dans les activités de mise en œuvre de la Convention en vue d’éradiquer l’extrême pauvreté féminine
  • Renforcer les droits fonciers des femmes et leur accès aux ressources
  • Renforcer l’accès des femmes à des connaissances et à des technologies meilleures qui favorisent une application efficace de la Convention 

Le Plan d’action pour l’égalité des sexes et la mise en œuvre du cadre directif pour les activités de plaidoyer relatif à l’égalité des sexes ont été développés pour améliorer la perspective du genre dans le processus de mise en œuvre de la Convention, pallier ainsi les inégalités subies par les femmes, et permettre d’agir efficacement pour le changement et la réalisation des cibles NDT. Le Plan d’action a été le pivot de la mise en œuvre des principales activités liées à l’égalité des sexes entreprises par le secrétariat et le MM depuis son adoption à la CdP 13.

Les cadres directifs de la CNULCD sur les questions thématiques émergentes

Dans le paragraphe 6 de sa décision 8/COP.9, la Conférence des Parties a demandé au secrétariat d’établir pour les activités de plaidoyer des projets de cadres directifs portant sur des questions thématiques afin de remédier aux effets néfastes de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse, en ayant à l’esprit les approches tenant compte des sexospécificités, et d’informer régulièrement les pays touchés et les principales autres parties prenantes sur les procédures qui pourraient être utiles pour exécuter les programmes d’action.

Le but d’un cadre directif pour les activités de plaidoyer est de fournir au secrétariat de la Convention des outils et des méthodes pour aider les pays parties à traiter les grands problèmes et sujets de préoccupation politiques en définissant les interventions politiques possibles. La démarche d’élaboration du cadre directif pour les activités de plaidoyer repose sur 3 phases essentielles qui sont détaillées dans la figure ci-après.

 

Intégration de la thématique genre dans le processus de mise en œuvre de la CNULCD

 

CdP

CST/ISP

CRIC

Septembre 2017,

Ordos, Chine

Déc.9/COP13 : Para. 2b/ (…) Soutenir la prise en compte systématique du souci de l’égalité des sexes à tous les niveaux (…)

Déc. 30/COP13: Adoption du plan d’action pour l’égalité des sexes (ICCD/COP(13)/19

« les femmes sont des agents stratégiques de changements »

« Les facteurs qui conduisent à la dégradation des terres ne sont pas neutres du point de vue des inégalités entre les sexes « 

Scientific Conceptual Framework for Land Degradation Neutrality, p. 52, 2017

 

Septembre 2013

Windhoek, Namibie

Déc. 9/COP11 : Faciliter la prise en compte de l’égalité des sexes à tous les niveaux en associant plusieurs parties prenantes

 

ICCD/CRIC(12)/CRP.1 : Progrès accomplis dans la mise en œuvre des cadres directifs existants pour les activités de plaidoyer, portant sur les questions de genre…

Avril 2013

Bonn, Allemagne

  

ICCD/CRIC(11)/16 : Objectif, format et contenu d’un cadre directif devant fournir au secrétariat les outils et les méthodes pour aider les pays à traiter les grands problèmes et les sujets de préoccupation

Octobre 2011

Changwoon, Rép. de Corée

Déc. 9/COP10 : Élaboration des cadres directifs de plaidoyer concernant la parité hommes-femmes, le CC et la sécurité alimentaire dans le contexte de la DDTS

  

Septembre – Octobre 2009

Buenos Aires, Argentine

Déc. 8/COP9 : Élaborer des cadres directifs, pour les activités de plaidoyer, favorisant l’établissement des conditions propices à une mobilisation sur les questions thématiques

  

Points saillants dont il sera question lors des rencontres 

1

La réalisation de l’égalité des sexes par la mise en place d’un environnement propice et porteur au niveau national, en appliquant des politiques et des réformes juridiques qui éliminent les obstacles structurels empêchant les femmes et les hommes de participer aux interventions et d’en bénéficier.

2

Dans la cadre du suivi et de l’évaluation de la réussite du Plan d’action, révision des modalités d’établissement de rapports au titre de la Convention afin de mieux détecter et comprendre les causes des disparités entre les sexes qui entravent la mise en œuvre de la Convention et de concevoir des mesures pour y remédier.

3

L’intégration systématique de la problématique femmes-hommes tout au long du cycle de travail des organes compétents de la Convention afin d’aider les Parties à atteindre leurs objectifs liés à l’égalité des sexes.

4

La mise en place de politiques et de réformes juridiques qui suppriment les obstacles structurels tels que l’inégalité des droits de succession et des droits fonciers, les normes discriminatoires et les rôles stéréotypés sexistes, et permettent à tous les membres de la société de participer à la mise en œuvre de la Convention et d’en bénéficier :

o   L’organisation des femmes, leur expression collective et leur représentation aux postes de direction et de décision ;

o   Les processus consultatifs qui associent les femmes de l’échelon local à l’échelon national, afin de promouvoir l’appropriation nationale des plans et des programmes.

5

L’intégration des indicateurs du Plan d’action dans les rapports établis au titre de la Convention.

Fermer le menu
Français
English Français