Le Cadre stratégique 2018-2030 de la Convention reconnaît que la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse constituent des problèmes de dimension mondiale et contribuent à créer, et à aggraver, des problèmes économiques, sociaux et environnementaux, dont les migrations forcées[1].

La décision 28/COP13 a posé comme objectif de contribuer à déterminer les mesures à prendre au titre de la mise en œuvre de la Convention pour atteindre l’Objectif stratégique no.2 (effet escompté 2.4) du Cadre stratégique 2018-2030, soit d’améliorer les conditions de vie des populations touchées et réduire substantiellement les migrations forcées par la désertification et la dégradation des terres.

Pour ce faire, les activités du secrétariat ont porté sur quatre axes :

  • L’appui à la mise en œuvre de l’Initiative pour la durabilité, la stabilité et la sécurité en Afrique (Initiative 3S, voir ci-après) lancée par le Maroc et le Sénégal.
  • La réalisation d’une étude sur le rôle positif que les mesures prises pour mettre en œuvre la Convention sont susceptibles de jouer dans la lutte contre le phénomène de la DDTS en tant que facteur de la migration.
  • L’appui à la coopération et aux initiatives régionales et internationales.
  • La coopération avec l’Organisation internationale du travail pour promouvoir les emplois verts liés à la terre pour faire face aux migrations dues au phénomène de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse.

    [] Cadre stratégique de la CNULCD 2018-2030 ;- Paragraphe no. 1.

    [1] Traduit de : Robert McLeman. Migration and Land Degradation: Recent Experience and Future Trends. Global Land Outlook Working Paper. 2017. https://knowledge.unccd.int/sites/default/files/2018-06/8.%20Migration%2Band%2BLand%2BDegradation__R_McLeman.pdf

 

Facteurs influençant les décisions de migrations environnementales

La décision 28/COP13 a posé comme objectif de contribuer à déterminer les mesures à prendre au titre de la mise en œuvre de la Convention pour atteindre l’Objectif stratégique no.2 (effet escompté 2.4) du Cadre stratégique 2018-2030, soit d’améliorer les conditions de vie des populations touchées et réduire substantiellement les migrations forcées par la désertification et la dégradation des terres.

Pour ce faire, les activités du secrétariat ont porté sur quatre axes :

  • L’appui à la mise en œuvre de l’Initiative pour la durabilité, la stabilité et la sécurité en Afrique (Initiative 3S, voir ci-après) lancée par le Maroc et le Sénégal.
  • La réalisation d’une étude sur le rôle positif que les mesures prises pour mettre en œuvre la Convention sont susceptibles de jouer dans la lutte contre le phénomène de la DDTS en tant que facteur de la migration.
  • L’appui à la coopération et aux initiatives régionales et internationales.
  • La coopération avec l’Organisation internationale du travail pour promouvoir les emplois verts liés à la terre pour faire face aux migrations dues au phénomène de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse.

Initiative 3S

L’Initiative 3S (durabilité (sustainability en anglais), stabilité et sécurité) a été lancée par les États marocain et sénégalais pour faire entendre la « voix de l’Afrique » dans le débat sur les facteurs de migration et d’instabilité sur ce continent[1]. L’initiative vise à transformer les terres dégradées en zones d’emploi inclusif et de création de revenus. Elle vise à créer deux millions d’emplois au sein des groupes vulnérables en remettant dix millions d’hectares de terres dégradées en état. Les quatorze (14) pays suivants ont rejoint l’Initiative : le Bénin, le Burkina Faso, la République de Gambie, le Ghana, le Mali, le Maroc, le Niger, le Nigéria, la République centrafricaine, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad, la Zambie et le Zimbabwe. Tous les pays africains reconnus par les Nations Unies qui en font officiellement la demande peuvent y participer.

Des pays africains ont demandé au secrétariat de les aider à élaborer des descriptifs de projets pour démontrer que la remise en état des terres dégradées pouvait jouer un grand rôle dans la stabilisation des populations et dans la diminution de la migration clandestine, dans le cadre de l’Initiative 3S :

[1] Initiative 3S : « Une Afrique en pleine croissance dans initiative pour la soutenabilité, la stabilité et la sécurité un environnement fragile », (Initiative 3S), en ligne : « Une Afrique en pleine croissance dans initiative pour la soutenabilité, la stabilité et la sécurité un environnement fragile », [1] Initiative 3S : « Une Afrique en pleine croissance dans initiative pour la soutenabilité, la stabilité et la sécurité un environnement fragile », (Initiative 3S), en ligne : https://www.unccd.int/sites/default/files/documents/2018-07/3S_brochure_%20FRE-web.pdf 

Pays

 

Projet

Burkina Faso

Programme ÉcoVillages

République de Gambie

Pépinière de petites entreprises « vertes » pour les jeunes et les migrants de retour au pays

Ghana

Remise en état des sols pour l’alimentation et l’emploi dans les zones de savane du nord du pays

Mali

Remise en état des sols dégradés pour créer des emplois dans la minoterie à soja et à moringa, pour produire de l’huile et de la farine

République centrafricaine

Remise en état des sols et création d’emplois pour les groupes vulnérables dans les zones sensibles de la forêt équatoriale

Rwanda

f) Remise en état et gestion durable des petites forêts naturelles et formations arbustives pour renforcer la résilience aux changements climatiques et améliorer la vie des populations locales dans l’est du pays

Zambie

Plantation d’un million d’arbres

Points saillants dont il sera question lors des rencontres

1

Promotion de la remise en état des terres dégradées en tant que moyen de modifier la mentalité des populations touchées par le phénomène de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse, et les nouvelles possibilités et solutions donnant de l’espoir aux jeunes.

2

Révision des politiques de développement, y compris les politiques d’utilisation des terres et les pratiques agricoles, afin de promouvoir une régénération écologique à grande échelle.

3

Intégration des énergies renouvelables telles que les énergies solaire et éolienne, connectées au réseau ou hors réseau, pour faciliter la remise en état des terres et le développement de l’entreprise rurale.

4

Promotion du développement des petites et moyennes entreprises dans les zones rurales par la création de chaînes de valeur pour les produits locaux, la réduction des pertes agricoles avant et après récolte et l’investissement dans les activités rurales propres.

5

Encouragement de l’investissement du secteur privé et les moyens d’élaborer un modèle économique dans lequel les fonds publics limiteraient les risques associés à certains investissements.

6

Accession et soutien à l’Initiative 3S en Afrique et application de son modèle à d’autres régions afin de contribuer à la création d’emplois pour les groupes vulnérables dans les zones rurales par la remise en état des terres dégradées et la facilitation de l’accès aux terres et de leur occupation.

7

Organisation d’une conférence sur la désertification et les migrations pour donner suite aux recommandations issues du 2e colloque d’Almería afin de passer du principe à l’action. 

Fermer le menu
Français
English Français