D’après le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les sécheresses devraient s’intensifier tout au long du XXIe siècle. Le changement climatique risque d’en modifier les cycles, et d’accroître la fréquence ainsi que la sévérité des épisodes de sécheresse extrême (et de crues). La sécheresse entraîne de graves pénuries d’eau, des pertes économiques, des dégradations de l’environnement ainsi que des conséquences sociales telles que des migrations, de la pauvreté et de l’instabilité. Elle amplifie les tensions et la concurrence entre les différentes utilisations de l’eau. D’ici 2050, le nombre de personnes susceptibles de migrer en raison des processus de désertification et de sécheresse pourrait monter à 135 millions.

Les trois piliers d’une approche proactive pour améliorer la résilience à la sécheresse

En raison de leurs effets sociaux et économiques à long terme, les sécheresses sont de loin les plus funestes de toutes les catastrophes naturelles, et leur récurrence exige la mise en place à l’avenir de mesures anticipatives visant à parer à leurs conséquences.[1] En effet, les approches de gestion de crise basées sur des interventions visant à porter secours après la catastrophe présentent plusieurs lacunes. Faute d’une politique nationale coordonnée de lutte contre la sécheresse comprenant les moyens appropriés, les pays continueront de réagir aux épisodes de sécheresse en termes de gestion de crise.

https://www.unccd.int/sites/default/files/sessions/documents/2017-08/ICCD_COP%2813%29_19-1711042F.pdf

Évolution de la question thématique « sécheresse » dans la mise en œuvre de la Convention

 

CdP

CRIC

Septembre 2017

Ordos, Chine

Déc.7/COP13 : La sécheresse un nouvel objectif stratégique du Cadre stratégique de la Convention, 2018-2030

Déc. 29/COP13 : Adoption du cadre directif pour la résilience et l’adaptation à la sécheresse et à la gestion de ce phénomène (ICCD/COP(13)/19)

 

Octobre 2015

Ankara, Turquie

COP12 : Table ronde : Adaptation à la sécheresse : intégrer les politique de gestion de la sécheresse dans les PAN et atténuer les effets de la sécheresse (ICCD/COP(12)/INF.2)

 

Septembre 2013

Windhoek, Namibie

Déc. 9/COP11 : Para. 7, 8 & 9 : mettre en œuvre le cadre directif pour les activités de plaidoyer sur la sécheresse (ICCD/CRIC(11)/17

ICCD/CRIC(12)/CRP.1 :

Progrès accomplis dans la mise en œuvre des cadres directifs existants pour les activités de plaidoyer, portant sur les questions de genre…

Avril 2013

Bonn, Allemagne

 

ICCD/CRIC(11)/16 : Objectif, format et contenu d’un cadre directif devant fournir au secrétariat les outils et les méthodes pour aider les pays à traiter les grands problèmes et les sujets de préoccupation

Octobre 2011

Changwoon, Rép. de Corée

Déc. 9/COP10 : Para. 11. a/ & b/ – Élaboration des cadres directifs supplémentaires pour les activités de plaidoyer sur la question thématique de la sécheresse (notamment la rareté de l’eau)

 

Septembre-octobre 2009

Buenos Aires, Argentine

Déc. 8/COP9 : Élaborer des cadres directifs, pour les activités de plaidoyer, favorisant l’établissement des conditions propices à une mobilisation sur les questions thématiques

Para. 4 : plaidoyer sur les questions de GDT et des ressources en eau et de gestion des risques de sécheresse dans le contexte de la coopération internationale relative au CC et à la diversité biologique

 

Une approche d’anticipation doit être complétée par des programmes en amont visant à réduire la vulnérabilité. Les mesures d’atténuation préconisées comprennent la mise en place de systèmes globaux d’alerte précoce, l’amélioration des prévisions saisonnières, l’augmentation de l’importance donnée à la préservation de l’eau (réduction de la demande), l’augmentation des réserves d’eau (construction de réservoirs/collecte des eaux, interconnexion des réserves d’eau entre communautés voisines), l’anticipation de la sécheresse, les activités de sensibilisation et l’éducation. Les programmes d’assurance font également partie de la stratégie de réduction de la vulnérabilité. Ces mesures doivent faire partie des politiques nationales de gestion de la sécheresse associant des programmes en amont et en aval, et être solidement ancrées dans une politique nationale de l’eau telle qu’une gestion intégrée des bassins hydrographiques ainsi que dans les initiatives régionales pour l’eau (par ex. pour la gestion transfrontalière).[1]

L’atténuation des effets de la sécheresse constitue l’un des deux principaux objectifs de la CNULCD. Le Cadre stratégique 2018-2030 réaffirme l’importance de cette question à travers son objectif stratégique 3, qui vise l’atténuation de la sécheresse et l’adaptation. Le cadre directif pour les activités de plaidoyer sur la résilience et l’adaptation à la sécheresse et la gestion de ce phénomène, élaboré par le secrétariat dans une démarche participative intégrant la consultation de toutes les parties prenantes concernées, a été adopté par la COP 13[2] pour que les Parties soient à même de renforcer la prévention des situations de sécheresse et d’y apporter une réponse appropriée.

Le document ICCD/COP(14)/16 passe en revue les progrès accomplis pour donner suite aux demandes formulées par la Conférence des Parties dans sa décision 29/COP.13 et présente un résumé des résultats obtenus dans le cadre de l’Initiative sur la sécheresse et des autres activités du secrétariat et du MM relatives à la sécheresse.

Le document ICCD/COP(14)/16 passe en revue les progrès accomplis pour donner suite aux demandes formulées par la Conférence des Parties dans sa décision 29/COP.13. Il présente un résumé des résultats obtenus dans le cadre de l’Initiative sur la sécheresse et des autres activités du secrétariat et du MM relatives à la sécheresse, notamment :

  • Mise en œuvre de l’Initiative sur la sécheresse, dont l’objectif est d’appuyer les pays à élaborer des plans nationaux de lutte contre la sécheresse. L’appui du MM et du secrétariat comporte également l’organisation de sessions de formation sur la sécheresse et la mise en ligne d’une boîte à outils. Plus de 70 pays travaillent à l’élaboration de plans nationaux dans le cadre de cette Initiative. Les directives techniques, le modèle de plan national et les documents sur l’intégration d’une perspective sexospécifique fournissent des orientations utiles pour aider les pays à élaborer, modifier et/ou actualiser leurs plans nationaux.
  • Examen des méthodes d’évaluation de la vulnérabilité à la sécheresse dans une étude commandée par le MM et le secrétariat.
  • Partenariats et collaboration dans le cadre de l’Initiative sur la sécheresse. Le secrétariat dirige également un groupe de travail sur la « préparation à la sécheresse » avec des organisations membres. Le premier Forum international sur le Cadre mondial pour la rareté de l’eau dans l’agriculture s’est tenu à Praia, Cap-Vert, du 19 au 22 mars 2019.
  • Dispositions supplémentaires pour renforcer l’action menée pour lutter contre la sécheresse au titre de la Convention : des suggestions allant de l’élaboration de directives techniques à l’étude de la possibilité d’un protocole juridiquement contraignant sur la sécheresse ont été précisées au niveau de leur nature, de ce que l’on en attendrait, et des mesures et ressources nécessaires à leur mise en place.

 

[1] ICCD/COP(12)/INF.2 ;- Paragraphe IV ;- https://www.unccd.int/sites/default/files/sessions/documents/ICCD_COP12_INF.2/inf2fre.pdf

[2] Déc.29/COP13 – Para. 1a ;- https://www.unccd.int/sites/default/files/sessions/documents/2017-11/cop21add1_fr

Points saillants dont il sera question lors des rencontres

L’appui aux pays pour finaliser et valider leurs plans nationaux de lutte contre la sécheresse

 

L’utilisation de diverses approches techniques telles que la gestion durable des terres et des ressources en eau, la restauration des écosystèmes et la gestion des bassins versants, en mettant à disposition les informations s’y rapportant, en assurant des systèmes de surveillance hydrologique et une assistance technique, en veillant au renforcement des capacités et en encourageant le partage des connaissances entre pairs.

 

 

Les instruments de financement potentiels pour faire face à la sécheresse, comme les produits d’assurance et les obligations, et la fourniture d’informations et d’orientations pour faciliter l’accès des Parties à ces instruments.

 

 

L’élaboration d’autres principes mondiaux ou d’autres formules complémentaires pour atténuer les effets de la sécheresse.

 
Fermer le menu
Français
English Français